Chants traditionnels de Nol

Prologue

D'après l'Evangile, les premiers chants de Noël furent ceux des anges. Très tôt le monde s'est mis à chanter pour célébrer Noël. Les cantiques emplissaient les églises pour clamer la Bonne Nouvelle. Dans les villages, les châteaux, les chaumières, les habitants, qu'ils soient riches ou pauvres chantaient pour chasser les peurs des nuits d'hiver.

A l'origine, les chants de Noël étaient rythmés par des rondes joyeuses évoquant la Nativité, mais aussi la nature et la vie quotidienne. Aujourd'hui encore le chant reste le plus bel instrument pour transmettre l'esprit de Noël.

Les premiers chants de Noël sont des chants liturgiques ou des cantiques composés en latin. Repris par la foule au fil des siècles, ils s'émaillent de mots de patois. Le bouche à oreille transforment les paroles de génération en génération. Les auteurs sont souvent anonymes.

Les premiers dont on garde la trace remontent au 16e siècle. Aujourd'hui encore on chante "Entre le boeuf et l'âne gris" sans savoir qu'il s'agit d'un chant composé dans la première moitié du XVIe siècle. La plus belle époque des cantiques de Noël, qui voit l'apparition des Pastorales, est du 18e et du 19e  siècle. Les célèbres chants "Il est né le divin enfant" et "Les anges dans nos campagnes" datent de cette époque.

Tous ces chants quelle que soit leur origine ont le pouvoir d'inviter au recueillement et à la joie. A travers eux un peu de mystère et d'espérance se dévoile.

Voici toute une sélection des chants de Noël de mon enfance
accompagnés parfois de leur mélodie:

 

CHANTS RELIGIEUX
 
- Ave Maria
- Douce nuit, Sainte nuit
- Entre le Boeuf et l'âne gris
- Il est né le Divin Enfant
- Jésus que ma joie demeure
- Les Anges dans nos campagnes
- Magnificat
- Minuit Chrétien
 
- Quand Dieu naquit à Noël
- Sainte nuit
- Venez Divin Mssie
 
MELODIES DIVERSES
 
- Mon beau sapin
- Noël blanc
- Petit Papa Noël
- Vive le vent
 
- Allez mon voisin
- Allons-y donc
- Dans le calme de la nuit
- Joseph, mon ami fidèle
- Le petit renne au nez rouge
- Michaud veillait
- Naissez, l'amour vous y convie
- Oh ! la bonne nouvelle
- Pour un maudit péché
- Voici Noël, ô douce nuit
- Voisin, d'où venait ce grand bruit ?

 Pour certains chants qui suivent vous pouvez en écouter une mélodie interprétée par les

"Petits Chanteurs de la Chapelle Sainte Cécile"
 
Pour les écouter il vous suffira
de cliquer avec le bouton gauche de votre souris sur le lien situé sous le titre et mis en rouge
 
Vous pouvez aussi les télécharger (chargement MP3)
il vous faudra alors cliquer avec le bouton droit de votre souris sur ce même lien

 

Chaque lien vous ramènera directement sur les enregistrements proposés par le site
"dinosaria.com"

Ave Maria

interprêté par les Petits Chanteurs de Sainte Cécile

Ave Maria
Reine des Cieux
Vers toi s’élève ma prière
Je dois trouver grâce à tes yeux
C’est en toi, oh ! C’est en toi que j’espère
Mon fils
Consolez ma misère
Il souffre
Hélas, il est mourant
Comprend et pleure, toi qui fut mère
Rend moi, rend moi mon pauvre enfant

Ave Maria
Quel bonheur
L’enfant renaît à sa prière
Ainsi qu’une brillante fleur
Tout bien fait ! Oh touchante beauté !
Ce mystère
Regarde moi pour que j’espère
Mon fils, ton front est souriant
Merci, merci divine Mère
C’est toi qui sauves mon enfant

Ave Maria


Version Latine de Schubert

Ave Maria Gratia plena
Maria Gratia plena
Maria Gratia plena
Ave, ave dominus
Dominus tecum
Benedicta tu in mulieribus
Et benedictus
Et benedictus fructus ventris
Ventris tui Jesus

Ave Maria
Ave Maria Mater dei
Ora pro nobis pecatoribus
Ora, ora pro nobis
Ora ora pro nobis pecatoribus
Nunc et in hora mortis
In hora mortis nostrae
In hora mortis, mortis nostrae
In hora mortis nostrae
Ave Maria

Douce nuit, sainte nuit

Interprété par les Petits Chanteurs de Sainte Cécile
 

Douce nuit, sainte nuit !
Dans les cieux ! L'astre luit.
Le mystère annoncé s'accomplit
Cet enfant sur la paille endormi,
C'est l'amour infini ! {x2}

Saint enfant, doux agneau !
Qu'il est grand ! Qu'il est beau !
Entendez résonner les pipeaux
Des bergers conduisant leurs troupeaux
Vers son humble berceau ! {x2}

C'est vers nous qu'il accourt,
En un don sans retour !
De ce monde ignorant de l'amour,
Où commence aujourd'hui son séjour,
Qu'il soit Roi pour toujours ! {x2}

Quel accueil pour un Roi !
Point d'abri, point de toit !
Dans sa crèche il grelotte de froid
O pécheur, sans attendre la croix,

Jésus souffre pour toi ! {x2}
Paix à tous ! Gloire au ciel !
Gloire au sein maternel,
Qui pour nous, en ce jour de Noël,
Enfanta le Sauveur éternel,
Qu'attendait Israël ! {x2}

Version allemande

Stille Nacht ! Heilige Nacht !
Alles schläfteinsam wacht
Nun das Traute hoch-heilige Paar
Holder Knabeim lockigen Haar,
Schlaf'im himmlischer Ruh',
Schlaf'im himmlischer Ruh' !

Stille Nacht ! Heilige Nacht !
Hirten erst kund gemacht,
Durch der Engel halleluia,
Tönt es laut von fern und nah' :
Christ der Retter, is da !

Stille Nacht ! Heilige Nacht !
Gottes Sohn, o wie lacht,
Lieb' aus deinem göttlichen Mund
Da uns schlägt die rettende Stund' :
Christ is deiner Geburt.

Entre le Buf et lne gris

Interprété par les Petits Chanteurs de Sainte Cécile

Entre le bœuf et l’âne gris
Dors, dors, dors le petit fils
Mille anges divins
Mille séraphins
Volent alentour de ce grand dieu d’amour

Entre les deux bras de Marie
Dors, dors, dors le fruit de vie
Mille anges divins
Mille séraphins
Volent alentour de ce grand dieu d’amour

Entre les pastoureaux jolis
Dors, dors, dors le petit fils
Mille anges divins
Mille séraphins
Volent alentour de ce grand dieu d’amour.

Il est n le divin enfant

Interprété par les Petits Chanteurs de Sainte Cécile

Refrain
Il est né le divin enfant,
Jouez hautbois, résonnez musettes !
Il est né le divin enfant,
Chantons tous son avènement !

Depuis plus de quatre mille ans,
Nous le promettaient les prophètes
Depuis plus de quatre mille ans,
Nous attendions cet heureux temps.

Refrain

Ah ! Qu'il est beau, qu'il est charmant !
Ah ! que ses grâces sont parfaites !
Ah ! Qu'il est beau, qu'il est charmant !
Qu'il est doux ce divin enfant !

Refrain

Une étable est son logement
Un peu de paille est sa couchette,
Une étable est son logement
Pour un dieu quel abaissement !

Refrain

Partez, grands rois de l'Orient !
Venez vous unir à nos fêtes
Partez, grands rois de l'Orient !
Venez adorer cet enfant !

Refrain
Il veut nos cœurs, il les attend :
Il est là pour faire leur conquête
Il veut nos cœurs, il les attend :
Donnons-les lui donc promptement !

Refrain

O Jésus ! O Roi tout-puissant
Tout petit enfant que vous êtes,
O Jésus ! O Roi tout-puissant,
Régnez sur nous entièrement !

Refrain
 

Jsus que ma joie demeure

Interprété par les Petits Chanteurs de Sainte Cécile

Jésus que ma joie demeure
A ton nom, à tout jamais
Il guérit toutes les blessures
Et ma force vient de sa grandeur
Dans l’espoir puis la lumière
Il éclaire
Mon cœur et mon âme
Jour et nuit, il m’accompagne
Doux Jésus, Oh Doux Seigneur

Les Anges dans nos campagnes

Interprété par les Petits Chanteurs de Sainte Cécile

Les anges dans nos campagnes
Ont entonné l'hymne des cieux,
Et l'écho de nos montagnes
Redit ce chant mélodieux :
Gloria in excelsis Deo (Bis)

Bergers, pour qui cette fête ?
Quel est l'objet de tous ces chants ?
Quel vainqueur, quelle conquête
Mérite ces cris triomphants :
Gloria...

Ils annoncent la naissance
Du libérateur d'Israël
Et pleins de reconnaissance
Chantent en ce jour solennel :
Gloria ...

Cherchons tous l'heureux village
Qui l'a vu naître sous ses toits
Offrons-lui le tendre hommage
Et de nos cœurs et de nos voix :
Gloria ...

Bergers, quittez vos retraites,
Unissez-vous à leurs concerts,
Et que vos tendres musettes
Fassent retenir les airs :
Gloria ...

Magnificat

Interprété par les Petits Chanteurs de Sainte Cécile

Magnificat, Magnificat, Magnificat anima mea dominum
Magnificat, Magnificat, Magnificat anima mea

Magnificat anima mea Dominus
(Mon âme exalte le Seigneur)

Et exultavit spiritus meus in Deo salutari meo
(Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur)

Quia respexit humilitatem ancillae suae
Ecce enim ex hoc beatam me dicent
(Parce qu'il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais me diront bienheureuse)

Omnes generationes
(Toutes les générations)

Quia fecit mihi magna qui potens est
Et sanctum nomen eius.
(Parce que le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses.
Son nom est saint.)

Et misericordia ejus a progenie
in progenies timentibus eum.
(Et sa miséricorde s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent)

Fecit potentiam in brachio suo
Dispersit superbos mente cordis sui.
(Il a déployé la force de son bras; il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses)

Deposuit potentes de sede, et exaltavit humiles
(Il a renversé les puissants de leurs trônes et il a élevé les humbles)

Esurientes implevit bonis et divites dimisit inanes
(Il a rassasié de biens les affamés, et il a renvoyé les riches les mains vides)

Suscepit Israel puerum suum recordatus misericordiae suae
(Il a secouru Israël, son serviteur, et il s'est souvenu de sa miséricorde)

Sicut locutus est ad patres nostros, Abraham et semini eius in saecula.
(Comme il l'avait dit à nos pères, envers Abraham et sa postérité pour toujours)

Gloria Patri et Filio et Spiritui Sancto.
Sicut erat in principio et nunc et semper
in saecula saeculorum.
(Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles)

Amen.

Minuit Chrtien

Interprété par les Petits Chanteurs de Sainte Cécile

Minuit ! Chrétiens, c'est l'heure solennelle
Où l'homme Dieu descendit jusqu'à nous,
Pour effacer la tache originelle
Et de son père arrêter le courroux
Le monde entier tressaille d'espérance
A cette nuit qui lui donne un sauveur
Peuple, à genoux attends ta délivrance,
Noël ! Noël ! Voici le Rédempteur !
Noël ! Noël ! Voici le Rédempteur !

De notre foi que la lumière ardente
Nous guide tous au berceau de l'enfant
Comme autrefois, une étoile brillante
Y conduisit les chefs de l'Orient
Le Roi des Rois naît dans une humble crèche,
Puissants du jour fiers de votre grandeur,
A votre orgueil c'est de là qu'un Dieu prêche,
Courbez vos fronts devant le Rédempteur !
Courbez vos fronts devant le Rédempteur !

Le Rédempteur a brisé toute entrave,
La terre est libre et le ciel est ouvert
Il voit un frère où n'était qu'un esclave
L'amour unit ceux qu'enchaînait le fer,
Qui lui dira notre reconnaissance ?
C'est pour nous tous qu'il naît, qu'il souffre et meurt.
Peuple, debout ! Chante ta délivrance,
Noël ! Noël ! Chantons le Rédempteur !
Noël ! Noël ! Chantons le Rédempteur !

Quand Dieu naquit Nol

Quand Dieu naquit à Noël
Dans la Palestine
On vit se jour solennel
Une joie divine,
Il n'était ni petit ni grand
Qui n'apportait son présent
Et no, no, no, no
Et n'offrit, frit, frit,
Et no, no, et n'offrit,
Et n'offrit sans cesse
Tout sa richesse.

L'un apportait un agneau
Avec un grand zèle,
L'autre un peu de lait nouveau
Au fond d'une écuelle.
Et sous ses pauvres habits
Chacun un peu de pain bis
Pour la, la, la, la
Pour la sain, sain, sain,
Pour la, la , pour la sain,
Pour la sainte Vierge
Et Joseph concierge.

Ce bon père putatif
De Jésus mon maître
Que le pasteur plus chétif
Désirant connaître,
D'un air obligeant et doux
Recevant le don de tous
Sans cé, cé, cé, cé,
Sans ré, ré, ré, ré,
Sa cé, cé, sans ré, ré,
Sans cérémonie,
Pour le fruit de vie.

Il ne fut jusqu'aux rois
Du rivage maure,
Qui joint au nombre de trois,
Ne vissent encore,
Ces bons princes de l'Orient,
Offrirent en le priant,
L'en, l'en, l'en, l'en,
Cens, cens, cens, cens, ces,
L'en, l'en, l'en, cens, cens, cens,
L'encens et la myrrhe,
Et l'or qu'on admire.

Quoi qu'il n'eut pas de besoin,
Jésus notre maître,
En prit avec un grand soin
Pour faire connaître
Qu'il avait des qualités,
Par ce don représenté,
D'un vrai, vrai, vrai, vrai,
D'un roi, roi, roi, roi,
D'un vrai, vrai, d'un roi, roi,
D'un vrai roi de gloire,
En qui l'on doit croire.

Plaise à ce divin enfant
Nous faire la grâce
Dans son séjour triomphant,
D'avoir une place
Si nous y sommes jamais,
Nous goûterons une paix
De lon, lon, lon, lon,
De gue, gue, gue, gue,
De lon, lon, de gue, gue,
De longue durée
Dans cette empyrée.

Sainte nuit

    Vive Noël.com
 
Douce nuit, sainte nuit !
Dans les cieux ! L'astre luit.
Le mystère annoncé s'accomplit
Cet enfant sur la paille endormi,
C'est l'amour infini ! {bis}

Saint enfant, doux agneau !
Qu'il est grand ! Qu'il est beau !
Entendez résonner les pipeaux
Des bergers conduisant leurs troupeaux
Vers son humble berceau ! {bis}

C'est vers nous qu'il accourt,
En un don sans retour !
De ce monde ignorant de l'amour,
Où commence aujourd'hui son séjour,
Qu'il soit Roi pour toujours ! {bis}

Quel accueil pour un Roi !
Point d'abri, point de toit !
Dans sa crèche il grelotte de froid
O pécheur, sans attendre la croix,
Jésus souffre pour toi ! {bis}

Paix à tous ! Gloire au ciel !
Gloire au sein maternel,
Qui pour nous, en ce jour de Noël,
Enfanta le Sauveur éternel,
Qu'attendait Israël ! {bis}

Venez divin Messie

 

Venez divin Messie
Sauvez nos jours infortunés,
Venez, source de vie,
Venez, venez, venez !

Ah ! Descendez, hâtez vos pas ;
Secourez-vous, ne tardez pas,
Sauvez les hommes du trépas.
Venez divin Messie
Sauver nos jours infortunés,
Venez, source de vie,
Venez, venez, venez !

Ah ! Désarmez votre courroux,
Nous soupirons à vos genoux,
Seigneur nous n'espérons qu'en vous,
Pour nous livrer la guerre
Tous les enfers sont déchaînés ;
Descendez sur la terre
Venez, venez, venez.

Que nos soupirs soient entendus,
Les biens que nous avons perdus
Ne nous sont-ils point rendus ?
Voyez couler nos larmes ;
Grand Dieu, si vous nous pardonnez
Nous n'aurons plus d'alarmes,
Venez, venez, venez.

Si vous venez en ces bas-lieux,
Nous vous verrons victorieux,
Fermer l'enfer, ouvrir les cieux .
Nous l'espérons sans cesse,
Les cieux nous furent destinés,
Tenez votre promesse,
Venez, venez, venez.

Ah ! Puissions-nous chanter un jour
Dans notre bienheureuse cour,
Et votre gloire et votre amour !
C'est là l'heureux présage
De ceux que vous prédestinez,
Donnez-nous en un gage,
Venez, venez, venez.

Mon beau sapin

Interprété par Tino Rossi

Mon beau sapin,
Roi des forêts,
Que j'aime ta verdure !
Quand par l'hiver,
Bois et guérets,
Sont dépouillés
De leurs attraits,
Mon beau sapin,
Roi des forêts,
Tu gardes ta parure.

Toi que Noël
Planta chez nous
Au saint anniversaire !
Joli sapin,
Comme il sont doux
Et tes bonbons
Et tes joujoux !
Toi que Noël
Planta chez nous
Tout brillant de lumière.

Mon beau sapin,
Tes verts sommets
Et leur fidèle ombrage,
De la foi qui
Ne ment jamais
De la constance
Et de la paix,
Mon beau sapin,
Tes verts sommets
M'offrent la douce image.

Nol blanc

Interprété par les Petits Chanteuyrs de Sainte Cécile

Oh ! Quand j'entends chanter Noël
J'aime revoir mes joies d'enfant
Le sapin scintillant, la neige d'argent
Noël mon beau rêve blanc

Oh ! Quand j'entends sonner au ciel
L'heure où le bon vieillard descend
Je revois tes yeux clairs, Maman
Et je songe à d'autres Noëls blancs

La nuit est pleine de chants joyeux
Le bois craque dans le feu
La table est déjà garnie
Tout est prêt pour mes amis
Et j'attends l'heure où ils vont venir
En écoutant tous mes souvenirs

Oh ! Quand j'entends chanter Noël
J'aime revoir mes joies d'enfant
Le sapin scintillant, la neige d'argent
Noël mon beau rêve blanc

Oh ! Quand j'entends sonner au ciel
L'heure où le bon vieillard descend
Je revois tes yeux clairs, Maman
Et je songe à d'autres Noëls blancs
Je revois tes yeux clairs, Maman
Et je songe à d'autres Noëls blancs

Petit Papa Nol

Interprété par les Petits Chanteurs de Sainte Cécile

C'est la belle nuit de Noël
La neige étend son manteau blanc
Et les yeux levés vers le ciel,
A genoux, les petits enfants,
Avant de fermer les paupières,
Font une dernière prière.

Refrain
Petit Papa Noël
Quand tu descendras du ciel
Avec des jouets par milliers
N'oublie pas mon petit soulier

Mais, avant de partir,
Il faudra bien te couvrir
Dehors tu vas avoir si froid
C'est un peu à cause de moi

Il me tarde tant que le jour se lève
Pour voir si tu m'as apporté
Tous les beaux joujoux que je vois en rêve
Et que je t'ai commandés

Refrain

Le marchand de sable est passé
Les enfants vont faire dodo
Et tu vas pouvoir commencer
Avec ta hotte sur le dos
Au son des cloches des églises
Ta distribution de surprises

Et quand tu seras sur ton beau nuage
Viens d'abord sur notre maison
Je n'ai pas été tous les jours très sage
Mais j'en demande pardon

Refrain

Vive le vent

Interprété par les Petits Chanteurs de Sainte Cécile

Sur le long chemin
Tout blanc de neige blanche
Un vieux monsieur s'avance
Avec sa canne dans la main
Et tout là-haut le vent
Qui siffle dans les branches
Lui souffle la romance
Qu'il chantait petit enfant :

Refrain
Vive le vent, vive le vent
Vive le vent d'hiver
Qui s'en va sifflant, soufflant
Dans les grands sapins verts...
Oh ! Vive le temps, vive le temps
Vive le temps d'hiver
Boule de neige et jour de l'an
Et bonne année grand-mère...
Joyeux, joyeux Noël
Aux mille bougies
Quand chantent vers le ciel
Les cloches de la nuit,
Oh ! Vive le vent, vive le vent
Vive le vent d'hiver
Qui rapporte aux vieux enfants
Leurs souvenirs d'hier...

Et le vieux monsieur
Descend vers le village,
C'est l'heure où tout est sage
Et l'ombre danse au coin du feu
Mais dans chaque maison
Il flotte un air de fête
Partout la table est prête
Et l'on entend la même chanson

Refrain

Boule de neige et jour de l'an
Et bonne année grand-mère !
Vive le vent d'hiver !

Allez mon voisin

Refrain :
Allez mon voisin, allez ! Allez mon voisin, allez !
Allez mon voisin à la crèche, mon voisin.
Allez mon voisin, allez ! Allez mon voisin, allez !
Allez mon voisin à la crèche.

Promptement levez-vous,
Mon voisin
Le Sauveur de la terre
Un enfant parmi nous,
Mon voisin
Envoyé de son père,
Mon voisin.

Veillant sur nos troupeaux
Mon voisin
Autour de ce village,
J'entends un air nouveau
Mon voisin
Et du plus doux langage
Mon voisin.

Rempli d'étonnement
Mon voisin
Je laisse ma houlette,
Pour voir le Dieu naissant,
Mon voisin
Accomplir le prophète,
Mon voisin.

Dans l'admiration
Mon voisin
Entrant dans l'étable
J'adore ce poupon
Mon voisin
Qu'est Jésus ineffable
Mon voisin.

Après quelques moments,
Mon voisin
Ayant fait ma prière,
Je porte mes présents,
Mon voisin
A l'enfant, à la mère,
Mon voisin.

Je ne suis point trompeur,
Mon voisin
Les choses sont certaines
Notre divin Sauveur
Mon voisin
Finit toutes nos peines,
Mon voisin.

Mon Dieu manque de tout,
Mon voisin
Portez-lui quelque chose,
S'il souffre c'est pour nous
Mon voisin
Nous en sommes la cause
Mon voisin.

Choisissez le meilleur
Mon voisin
De votre bergerie,
Donnez-le de bon coeur,
Mon voisin
A Joseph et Marie,
Mon voisin.

Allons-y donc

Deux bergers s'entredisant :
Courons adorer l'enfant
Qui vient de naître vraiment
Pour finir notre misère.

Refrain
Allons-y donc, allons mon compère,
Allons-y donc gaiement.
Allons-y donc, allons mon compère,
Allons-y donc gaiement.
Courons adorer l'enfant,
Allons-y donc gaiement,
C'est le Dieu du firmament,
Le créateur de la terre.

Refrain

C'est le Dieu du firmament,
Allons-y donc gaiement,
Portons-lui quelque présent,
Afin qu'il nous soit prospère.

Refrain

Portons-lui quelque présent,
Allons-y donc gaiement,
Et faisons-lui compliment,
Nous ferions mal de nous taire.

Refrain

Et faisons-lui compliment,
Allons-y donc gaiement,
Sur son saint avènement,
Qui nous est si salutaire.

Refrain

Sur son saint avènement,
Allons-y donc gaiement,
Lui demander humblement,
D'un coeur droit pur et sincère.

Refrain

Lui demander humblement,
Allons-y donc gaiement,
Un parfait amendement,
Du mal que l'on a pu faire.

Refrain

Un parfait amendement,
Allons-y donc gaiement,
Il est doux, il est clément,
Il est bon et débonnaire.

Refrain

Il est doux, il est clément,
Allons-y donc gaiement,
Il nous aime tendrement,
Puisqu'il se fait notre frère.

Refrain

Il nous aime tendrement,
Allons-y donc gaiement,
Pour réussir sûrement,
Adressons-nous à sa mère.

Refrain

Pour réussir sûrement,
Allons-y donc gaiement,
Promettons-lui fermement,
De l'aimer comme un bon père.

Refrain

Dans le calme de la nuit

Dans le calme de la nuit
S'est entendu un grand bruit
Une voix
Plusieurs voix
Plus angéliques qu'humaines
Une voix
Plusieurs voix
Rendant gloire au Roi des rois.

Je n'entendais qu'à demi
Car j'étais tout endormi.
Cependant,
Ce doux chant
M'a fait ouvrir les oreilles,
Cependant,
Ce doux chant
M'a fait lever promptement.

Plus en plus je m'approchais,
Et mieux en mieux j'entendais,
Oh ! Le chant,
Ravissant !
Je n'ai ouï de voix pareille,
Oh ! Le chant,
Ravissant,
M'écriais-je hautement.

J'ai couru dans les hameaux
Tête nue et sans chapeau
Tout ronflait
Et dormait
Dans un repos bien tranquille
Tout ronflait
Et dormait,
Et personne ne m'entendait.

Sus, levez-vous compagnons,
L'autre nuit nous dormirons?
Dépechez,
Et sortez,
Et tous ravis vous serez,
Dépêchez,
Et sortez
Et tous ravis vous serez.

Aussitôt fait comme dit
Et les grands et les petits
Me suivant
En sortant
Ils ont ouï la musique
Me suivant
En sortant
Ils admirent ce beau chant.

L'ange qui si bien chantait
Clairement nous instruisait
Cette nuit,
A minuit,
Est né le Sauveur des hommes,
Cette nuit,
A minuit,
Sur le foin il est réduit.

Allons voir ce bel enfant,
Pasteur, dit-il promptement
Sans douter,
Ni errer,
Croyez à cette nouvelle,
Sans douter,
Ni errer,
Allons vite l'adorer.

De cet oracle divin,
Ayant appris le chemin
Le suivant
Promptement
Ayant trouvé le Messie
Le suivant
Promptement
Avons adoré l'enfant.

Il était ce beau poupon
En pitoyable façon
De grand froid
Il tremblait
A peine avait-il des langes
De grand froid
Il tremblait
Sa sainte mère en pleurait.

Joseph, mon cher fidle

Marie :
Joseph, mon cher fidèle,
Cherchons un logement,
Le temps presse et m'appelle
A mon accouchement.
Je sens le fruit de vie,
Ce cher enfant des cieux,
Qui d'une sainte vie,
Va paraître à nos yeux.

Joseph :
Dans ce triste équipage,
Marie allons chercher,
Par tout le voisinage,
Un endroit pour loger.
Ouvrez, voisin la porte,
Ayez compassion
D'une vierge qui porte
Votre Rédemption.

Les voisins de Bethléem :
Dans toute la bourgade,
On craint trop les dangers,
Pour donner le passage
A des gens étrangers,
Au logis de la lune,
Vous n'avez qu'à loger,
Le chef de la commune
Pourrait bien se venger.

Marie :
Ah ! Changez de langage,
Peuple de Bethléem,
Dieu vient chez nous pour gage,
Hélas ! Ne craignez rien.
Mettez-vous aux fenêtres,
Ecoutez ce destin,
Votre Dieu, votre Maître,
Va sortir de mon sein.

Les voisins de Bethléem :
C'est quelque stratagème
On peut faire la nuit,
Quelque tour de bohème,
Quand le soleil ne luit.
Sans voir ni clair, ni lune,
Les méchants font leurs coups,
Gardez votre infortune,
Passants, retirez-vous !

Joseph :
O ciel quelle aventure,
Sans trouver un endroit,
Dans ce temps de froidure,
Pour coucher sous le toit.
Créature barbare,
Ta rigueur te fait tort,
Ton coeur déjà s'égare
En ne plaignant mon sort.

Marie :
Puisque la nuit s'approche
Pour nous mettre à couvert,
Ah ! Fuyons ce reproche,
J'aperçois au désert
Une vieille cabane,
Allons mon cher époux,
J'entends le boeuf et l'âne
Qui nous seront plus doux.

Joseph :
Que ferons-nous Marie,
Dans un si méchant lieu,
Pour conserver la vie
Au petit Enfant-Dieu ?
Le monarque des anges
Naîtra dans un bercail
Sans feu, sans drap, sans langes
Et sans palais royal.

Marie :
Le ciel, je vous assure,
Pourrait nous secourir,
Je porte bon augure,
Sans crainte de périr.
J'entends déjà les anges
Qui font d'un ton joyeux,
Retentir les louanges,
Sous la voûte des Cieux.

Joseph :
Trop heureuse retraite,
Plus noble mille fois,
Plus riche et plus parfaite
Que le louvre des rois !
Logeant un Dieu fait homme,
L'auteur du paradis,
Que le prophète nomme
Le Messie promis.

Marie :
J'entends le coq qui chante,
C'est l'heure de minuit,
O ciel ! Un dieu m'enchante,
Je vois mon sacré fruit,
Je pâme, je meurs d'aise,
Venez mon bien-aimé !
Que je vous serre et baise !
Mon coeur est tout charmé.

Joseph :
Vers Joseph votre père
Nourrisson plein d'appas,
Du sein de votre mère
Venez entre mes bras !
Ah ! Que je vous caresse,
Victime des pêcheurs,
Mêlons, mêlons sans cesse,
Nos soupirs et nos pleurs

Le petit renne au nez rouge

On l'appelait nez rouge ah! Comme il était mignon
Le p'tit renne au nez rouge, rouge comme un lumignon
Son p'tit nez faisait rire, chacun s'en moquait beaucoup
On allait jusqu'à dire qu'il aimait prendre un petit coup

Une fée qui l'entendit pleurer dans le noir
Pour le consoler lui dit: Viens au paradis ce soir
Comme un ange nez rouge tu conduiras dans le ciel
Avec ton p'tit nez rouge le chariot du père Noël

Une fée qui l'entendit pleurer dans le noir
Pour le consoler lui dit: Viens au paradis ce soir
Comme un ange nez rouge tu conduiras dans le ciel
Avec ton p'tit nez rouge le chariot du père Noël

On l'appelait nez rouge ah! Comme il était mignon
Le p'tit renne au nez rouge, rouge comme un lumignon
Comme un ange nez rouge tu conduiras dans le ciel
Avec ton p'tit nez rouge le chariot du père Noël
Le chariot du père Noël
Le chariot du père Noël

Michaud veillait

Michaud veillait (bis)
La nuit dans sa chaumière,
Près du hameau (bis)
En gardant son troupeau,
Le ciel brillait (bis)
D'une vive lumière,
Il se mit à chanter :
Je vois, je vois,
L'étoile du berger.

Au bruit qu'il fit (bis)
Les pasteurs de Judée,
Tout en sursaut (bis)
Furent retrouver Michaud
Auquel il dit (bis)
La Vierge est accouchée
Sur l'heure de minuit
Voilà, voilà
Ce que l'ange a prédit.

Un pauvre toit (bis)
Servait de couverture
A la maison (bis)
De ce Roi de Sion ;
Le vent sifflait (bis)
D'une horrible froidure,
Au milieu de l'hiver,
Il vient, il vient,
Pour nous tirer des fers;

Sa mère était (bis)
Assise près de la crèche .
L'âne mangeait (bis)
Et le Boeuf échauffait ;
Joseph priait (bis)
Sans chandelle ni mèche.
Dans ce triste appareil
Jésus, Jésus
Brillait comme un soleil.

Fasse Seigneur (bis),
Que votre sainte enfance
Nous place aux cieux (bis)
Parmi les bienheureux !
Ah ! Quel bonheur ! (bis)
Si dans notre souffrance
Nous pouvons mériter
Un bien, un bien
Que l'on ne peut ôter.

Naissez, l'amour vous y convie

Naissez, l'amour vous y convie,
Naissez pour changer nos destins.
O Grand Emmanuel, divin fils de Marie
Venez réparer les pertes des humains.
Naissez, l'amour vous y convie,
Naissez pour changer nos destins.

Le ciel est sensible à nos larmes,
Le ciel nous accorde un sauveur.
La charmante paix succède à nos alarmes,
Le jour fortuné comble notre bonheur.
Le ciel est sensible à nos larmes,
Le ciel nous accorde un sauveur.

Il naît ce messie adorable,
Il naît ce grand Dieu fait enfant.
Peut-il, ô mortels, se rendre plus aimable,
Pour nous racheter, il se livre en naissant.
Il naît ce messie adorable,
Il naît ce grand Dieu fait enfant.

Pour nous, jusqu'à nous il s'abaisse,
Pour nous, il s'immole aujourd'hui.
Chantons à jamais l'excès de sa tendresse,
Et que tous nos coeurs brûlent d'amour pour lui.
Pour nous, jusqu'à nous il s'abaisse,
Pour nous, il s'immole aujourd'hui.

Oh ! La bonne nouvelle

. Oh ! la bonne nouvelle
Qu'on vient nous annoncer ;
Une mère est vierge,
Un sauveur nous est né.
Bon, bon, bon, accourons-y donc,
Bon, bon, bon, accourons-y vite.

Tous les bergers en fête
Ont quitté leurs troupeaux
Chantant des chansonnettes
Dessus leurs chalumeaux.
Bon, bon, bon, accourons-y donc,
Bon, bon, bon, accourons-y vite.

Pour Joseph qui admire
Ce prodige nouveau,
Il ne peut que nous dire :
Voyez comme il est beau.
Bon, bon, bon, accourons-y donc,
Bon, bon, bon, accourons-y vite.

Nous voyons cette mère,
Belle comme le jour,
Qui sur son sein le serre
Dans des transports d'amour.
Bon, bon, bon, accourons-y donc,
Bon, bon, bon, accourons-y vite.

Soyons de la partie
Allons rendre nos voeux
Au beau fils de Marie
Qui est le Roi des cieux.
Bon, bon, bon, accourons-y donc,
Bon, bon, bon, accourons-y vite.

Pour un maudit pch

Pour un maudit péché,
L'auteur de la nature,
Pour un maudit péché,
Jésus-Christ est couché,
Tout nu dessus la dure ;
Ah ! Qu'il me fait pitié
Dedans une masure
Caché.

Ce petit Dieu d'amour
Se charge de nos peines,
Ce petit Dieu d'amour,
Vient nous donner le jour,
Et soulager nos chaînes,
Ayons donc du retour
Pour un Dieu qui nous aime
Toujours.

Il naît dans le recoin,
Du débris d'une étable,
Il naît dans le recoin,
Sur la paille et le foin,
Sa bonté charitable
Le réduit à ce point ;
Qu'il veut ce fils aimable
Nos soins.

Il n'a pas de berceau,
Le poupon de Marie,
Il n'a pas de berceau
Cet innocent agneau,
Il commence une vie
Entre deux animaux,
Languissant et suivi
De maux.

Trois mages d'Orient,
Apprenant la nouvelle,
Trois mages d'Orient,
Ont porté leurs présents :
L'un lui donne la myrrhe,
L'un l'or, l'autre l'encens,
Et tous ensemble adorent
L'enfant.

Les pasteurs d'alentour,
Font entre eux une bande.
Les pasteurs d'alentour,
Viennent faire leur cour,
En même temps que l'ange
Leur a dit le séjour
Chacun, sans plus attendre,
Y court.

Ils attachent ses yeux,
Dessus l'aimable face,
Ils attachent ses yeux,
En dépit des envieux.
Dessus la belle glace,
De ce miroir précieux,
Qui nous fait voir la grâce
Des cieux.

Ils adorent l'enfant,
Puis ils saluent la mère,
Ils adorent l'enfant,
Par un humble présent.
Ils apaisent son père
Que le péché d'Adam
Avait mis en colère
Longtemps.

Tous ces bergers de peur
De ne pour voir y être
Tous ces bergers de peur
De ne voir ce Sauveur
Accourent en lui portant
Ce qu'ils ont de meilleur,
Mais le premier lui laissa
Son cœur

Voici Nol, douce nuit

www.youtube.com/watch
 
autre adresse pour la mélodie
bmarcore.perso.neuf.fr/noel/P-N137.html

 
Voici Noël, ô douce nuit !
L'étoile est là qui nous conduit.
Allons donc tous avec les Mages
Porter à Jésus nos hommages
Car l'enfant nous est né,
Le Fils nous est donné !

Voici Noël ! oh! quel beau jour !
Jésus est né ! quel grand amour !
C'est pour nous qu'il vient sur la terre
Qu'il prend sur lui notre misère
Un Sauveur nous est né,
Le Fils nous est donné !

Voici Noël ! ah! d'un seul cœur
Joignons nos voix au divin chœur
Qui proclame au ciel les louanges
De celui qu'annoncent les anges !
Oui, l'enfant nous est né,
Le Fils nous est donné !

Voici Noël, ne craignons pas,
Car Dieu nous dit : " Paix ici-bas,
Bienveillance envers tous les hommes !"
Pour nous aussi, tels que nous sommes,
Un Sauveur nous est né,
Le Fils nous est donné !

Voisin, d'o venait ce grand bruit ?

 
Voisin d'où venait ce grand bruit,
Qui m'a réveillé cette nuit
Et tous ceux de mon voisinage ?
Vraiment j'étais bien en courroux
D'entendre par tout le village :
Sus, sus, bergers (bis) réveillez-vous,
Sus, sus, bergers (bis), réveillez-vous.

Quoi donc Collin, ne sais-tu pas,
Qu'un Dieu vient de naître ici-bas,
Qu'il est logé dans une étable ?
Il n'a ni lange et ni drapeau,
Et dans cet état misérable,
On ne peut voir (bis) rien de plus beau,
On ne peut voir (bis) rien de plus beau.

Il t'a dit, voisin qu'en ce lieu,
Voudrait bien s'abaisser un Dieu,
Pour qui n'est rien trop magnifique ;
Les anges vous l'ont fait savoir
Par cette charmante musique
Qui s'entendit (bis), hier au soir,
Qui s'entendit (bis), hier au soir.

Plusieurs déjà s'y sont rendus,
Quelques-uns en sont revenus
En disant que c'est le Messie,
Que c'est l'aimable Sauveur,
Qui suivant notre prophétie,
Nous doit causer (bis) tant de bonheur,
Nous doit causer (bis) tant de bonheur.

Allons donc, bergers, il est temps,
Allons lui porter nos présents
Et lui faire la révérence,
Voyez comme Jeannot y va,
Suivons-le tous en diligence,
Et nos troupeaux (bis) laissons-les là,
Et nos troupeaux (bis) laissons-les là.

Sans plus tarder, allons donc tous,
Allons saluer à genoux
Notre seigneur et notre Maître,
Et dans cet adorable jour,
Où pour nous l'amour l'a fait naître
Allons pour lui (bis) mourir d'amour,
Allons pour lui (bis) mourir d'amour.

Après avoir fait nos présents,
Avec des petits compliments,
Autour de lui tout en cadence,
Nous lui souhaiterons le bonsoir,
Et lui ferons la révérence :
Adieu poupon (bis) jusqu'au revoir,
Adieu poupon (bis) jusqu'au revoir.

Ah ! Collin que dis-tu donc là ?
Il ne faut pas faire cela
J'aimerais mieux perdre la vie,
Restons toujours dans ce saint-lieu,
Tenons-lui toujours compagnie
Et ne disons (bis) jamais adieu,
Et ne disons (bis) jamais adieu.

Pour moi, je suis plutôt d'avis,
De retirer ce petit fils
De l'étable en ma maisonnette
Où j'ai préparé sur deux bancs
Un lit en forme de couchette
Et des linceuls (bis) qui sont tout blancs,
Et des linceuls (bis) qui sont tout blancs.

Je vais faire de tout mon mieux
Pour retenir en ce saint-lieu
Jésus, Joseph et Marie,
Quand ils seront tous trois chez moi,
Ma maison sera plus jolie
Que le palais (bis) des plus grands rois,
Que le palais (bis) des plus grands rois.

Dès aujourd'hui dans ce dessein,
Sans attendre jusqu'à demain,
Je vais quitter ma bergerie
Et j'abandonne mon troupeau
Pour mieux garder, toute ma vie,
Dans ma maison (bis) ce seul agneau,
Dans ma maison (bis) ce seul agneau.




Si cette page vous a plu,
vous pouvez me laisser un commentaire en revenant
par le menu de gauche sur "Articles" - Divers".