Martinique - Tahiti

L'escale

La météo est clémente, soleil, grains et petit vent bien agréable. Le week-end se passera au mouillage proche de Fort de France pour fignoler le bateau tout en leur laissant la possibilité de piquer quelques têtes. L'objectif est d'être à Panama lundi 26 au plus tard à l'ouverture des bureaux pour les formalités.

Départ lundi matin vers d'autres horizons en ligne droite vers le canal de Panama que nous atteindrons le lundi suivant.

Dernière nuit avant le départ dans une des plus jolies Anse de Martinique : l' Anse d' Arlet ! Eau presque turquoise, plage de sable blanc et très jolies maisons au bord de l'eau. Tout le monde a apprécié ce paysage avant de retrouver le bleu infini !

Vers Panama

Jeudi 22 Février

Pas de pirates en vue, justes quelques douaniers et gardes côtes. Toujours trop peu de vent mais une mer belle et plein de soleil. On marche au moteur (heureusement que le plein a été fait avant de partir) pour filer au plus vite vers Panama.

Pour Henere, difficile de trouver de la Hinano en Martinique, alors il a été obligé de se mettre à la bière locale !!!

Vendredi 23 Février

Nous avançons, un jour au moteur, un jour à la voile, poussés par un bon courant de 2 nœuds, ce qui augmente franchement la moyenne. Il fait chaud et beau avec des petits grains de temps en temps. Pas encore de poisson pris mais beaucoup de frais dans nos assiettes.
Le virus de Flo (et oui, bronchite à bord) n'a pas fait trop de ravages, Henere tousse et a une otite, Franck un torticolis !

Dimanche 25 Février

Bon vent (pointe à 30-35), bon courant favorable et superbes pointes de vitesses à 14 et même 16-18 nœuds !!! La mer des Caraïbes est belle et on fonce vers Colon qu'on devrait atteindre aujourd'hui. Pêche miraculeuse : Deux mahi-mahi (dont un de plus de 10 kilos que Manu avait quasi du mal à porter tout seul )et presque un espadon ! Le moral est excellent et le soleil continue à briller.

Avant de voir la terre, on a commencé à croiser quelques "petits" bateaux  et on a admiré de magnifiques couchers de soleil en mer des Caraïbes.

Nous arrivons rapidement à Colon, entrée du canal de Panama : Heure loc R, vent NE 12kt, mer belle, 4/8 strato-cumulus. Nous ne croisons que peu de bateaux par rapport à nos attentes, le canal serait-il fermé sans que nous en soyons avertis ? Faudrait-il faire le tour ? Grâce à un vent soutenu et un courant porteur nous serons tout de même cet après midi au mouillage devant Colon.

Nous programmons d'être à quai au port de Cristobal lundi à la première heure et d'effectuer les formalités du passage du canal que nous espérons dans la semaine. Nous avons été accueillis hier soir dans le golfe de Los Mosquitos par des centaines de dauphins. Pas encore d'espadon pris mais, après les mahi-mahi, du thon à profusion.

Colon et le canal de Panama

Dimanche 4 mars

On attend et c'est pas  drôle ! La ville de Colon n'a rien d'une partie de plaisir et n'est pas franchemement belle, cette photo le confirme.

Quatre d'entre nous ont préféré aller faire un tour. Franky et Clo, c'est normal, sont partis faire  vers Panama et rentrent aujourd'hui.
Demain, fin du rire, dernières courses de frais et plein de carburant, et hop ! c'est parti pour le saut entre les deux océans !

Lundi 5 mars

Les quatre permissionnaires sont rentrés de leur escapade à Panama City, en forme et prêts à affronter la nuit dans les écluses !
Henere et moi avons fignolé hier la préparation du bateau (protections....) et après une bonne nuit de sommeil nous réglons aujourd'hui les derniers détails : fin du plein de gasoil, courses de "frais", derniers papiers à signer, etc...

Après plus de cinq heures d'attente avec quelques 30° et pas forcément beaucoup d'air ainsi que plusieurs contacts radio avec les autorités peu coopérantes nous avons enfin eu l'info comme quoi notre passage est prévu pour demain soir, mardi ! Le moins que l'on puisse dire c'est que l'on est prêt.

Le pilote arrivera vers 18-19h et se sera le départ pour la traversée du canal.Elle durera toute la nuit avec comme prévu une petite halte de quelques heures dans le lac entre les deux océans.

Arrivée prévue mardi matin à Panama City, juste pour débarquer Manu qui quittera définitivement l'équipage pour continuer à pied en faisant un peu de tourisme.

Je suis allé en reconnaissance voir de mes yeux le passage du Canal pour préparer mentalement la prochaine nuit.

Le bateau est heureusement beaucoup moins large, parce que, là, ça fait peur !

Et c'est reparti !

Mercredi 7 mars

C'est fait, le Pacifique n'est plus un rêve !

"Des trois bouteilles de champagne ayant appareillé avec nous de La Rochelle, il n'en reste plus qu'une à bord. La première a célébré la transat et la seconde notre entrée dans le Pacifique aujourd'hui à 13 h 52 locales !

Nous avons franchi hier soir, de nuit, les trois écluses de Gatun avec un voilier d'une dizaine de mètres à couple. Nous avions donc la manoeuvre et tout s'est très bien déroulé malgrè un vent assez fort nous poussant, voire ayant tendance à nous mettre en travers. J'ai apparemment encore quelques restes de la gestion des turbulences aérologiques...

Progression de nuit dans le canal de Panama

La nuit a été calme au mouillage et ensuite le transit à 29 mètres d'altitude fut cool et le paysage plutôt sympa.

En milieu de journée nous avons descendu l'écluse de Pedro Miguel et les deux écluses de Miraflores à couple d'un gros promène-touristes local. Henere a perfectionné sa manoeuvre d'accostage et d'appareillage répétée moult fois aujourd'hui et n'a laissé aucune trace sur notre coque des grosses et vieilles défenses du quai flottant. Opération réussie !

La dent laissée à terre appartenait à Aurélien qui est dispensé de quart le temps que sa joue dégonfle (dent de sagesse arrachée). Et Manu nous a bel et bien quitté à Balboa, la larme à l'oeil mais son billet d'avion pour Tahiti en poche.

Dernière photo de groupe avant départ de Manu

Nous transitons pour le moment au moteur, nos réserves de gasoil nous permettant de faire quelques essais de consommation en régime de croisière. Actuellement 2 x 2 500 tr/min = 9 kt sur le fond.

Dimanche 11 mars

Aujourd'hui a été et sera une grande journée pour Mata Fenua :
Tout d'abord le passage de la ligne (comprendre de l'équateur pour les non-initiés), puis l'arrivée aux Galapagos prèvue pour lundi qui sera sans doute pour ce soir, cool !

Heure loc S, vent faible, mer belle.
Le passage de la "ligne" a été marqué par un baptème nocturne des néophytes.

Notre mouillage aux Galapagos se précise pour cet après-midi de dimanche et cela grâce à l'aide du courant équatorial. Principale mission : trouver du gasoil pour recompléter nos réserves mises à sec par ce transit fait exclusivement au moteur.
Aurélien mâche (il a eu une dent de sagesse arrachée) et nous a même préparé des tacos hier soir.

Nous sommes bien arrivés aux Galapagos, dimanche en fin d'après-midi et cette fois on a  été accueilli par une centaine d'otaries faisant la sieste, ventre au soleil, au large des îles.
Puis, les mouettes ont laissé leur place aux pélicans !

Mardi 13 mars

Cet après-midi nous partirons du petit paradis pour aller vers le VRAI ! Matinée galère pour le pétrole mais à force de persévérance et de labeur c'est fait ! Départ cet après midi pour Isabella Island puis nous attaquerons la dernière grande traversée jusqu'aux Gambiers, en 2 semaines et demie de mer.

Pas mal de belles photos d'animaux locaux.

Mercredi 14 mars

Nouvelle petite escale à Isabella Island, et belle balade à cheval dans le cratère du volcan. Nous sommes repartis vers 17h sans escale jusqu'aux Gambiers et une fois de plus sans vent ! On va finir par être obligé de ramer...
Arrivée, si la météo y met un peu du sien, dans deux semaines et demie.

Jeudi 15 mars

Heure loc S, vent ESE 5 kt, mer calme, 4/8 altostratus, 4/8 ratocumulus. Après plusieurs heures de galère administrative et technico-logistique pour récupérer 250 gallons de gasoil (au prix local et non pas "international") nous avons enfin pu lever l'ancre dans l'après- midi. Il va maintenant falloir gérer de près chaque litre pour optimiser ce long run sans ravitaillement avant la Polynésie.

Super bonne ambiance à bord, premier thon rouge du pacifique pêché et dégusté dans la foulée en sashimi, tartare, rillette, cuit... et le reste est maintenant au congélo pour les journées plus difficiles.

Le courant nous aide un peu (mais toujours pas de vent) et la route est maintenant directe vers Tahiti sans passer par la case Gambiers. Le temps passe et il faut bien finir par arriver !

C'est bientôt le retour au pays pour Henere qui retrouvera sa Mihi, l'apprentissage d'une nouvelle vie à deux à Moorea pour nos amoureux, la découverte du paradis pour Aurélien.

Samedi 17 mars

On avance de façon continue, le temps est magnifique  et l'ambiance au top ! TVTBAB !!!

Lundi 19 mars

Le vent se lève enfin un peu et ce week-end c'était : toutes voiles dehors. Le rythme reste donc suffisant pour les objectifs en ligne droite vers les Tuamotu.
Je suis dans mes "petites listes" (pour ceux qui me connaissent : rien d'étonnant !) entre compte rendu, préparation du grand poste de nettoyage avant l'arrivée et les divers bricolages....
L'ambiance reste excellente.

Mercredi 21 mars

La traversée continue. On s'organise même pour faire un peu de relâche pour Clo ,1 soir sur 3. Le temps reste clément avec une petite brise.
Pas de grosses bestioles observées pour l'instant mais on finit de regarder la collection de films et on fait les dernières revanches aux cartes.

Vendredi 23 mars

Maintenant au beau milieu du Pacifique Est, les plus proches terres sont : les Galapagos à 1 600 miles, l'Ile de Pâques à 1 130 miles, Pitcairn à 1 200 miles, les Marquises à 1 300 miles et Clipperton à 1 270 miles !

Nous avons eu un compagnon de route pendant une douzaine d'heures, un ketch "so british" en route vers les Marquises mais avec 95 pieds, une seule coque et quatre voiles il nous est passé devant.

Le menu du jour a été changé pour de l'espadon... 1m80 et faisant ses bons 25 kg !

L'escale possible avant Tahiti est Makemo pour quelques heures et l'arrivée reste AU PLUS TARD le 4 à Papeete, mais pourquoi pas le 3 !
Tout ça si le temps et le vent se maintiennent... évidemment...

Dimanche 25 mars

Le genaker n'a pas été affalé depuis plusieurs jours et le moteur presque pas démarré... Pourvu que ça dure !
L'espadon pêché a été dégusté (en partie) en sashimi, tartare et cuit et hier soir : bon dîner avec une bonne bouteille de vin pour fêter notre dernier samedi en mer !
Et oui, si on continue à ce rythme, samedi prochain nous devrions être à Makemo au mouillage et repartir dimanche matin à l'aube vers Tahiti.
Il nous reste quand même quasi 2 000 km à faire, mais on a l'impression d'être presque arrivé !

L'ambiance reste excellente.

Arrivée prévue à Papeete avancée au mardi 3 avril grâce aux bonnes conditions rencontrées ces derniers jous. Pourvu que ça dure !

Mardi 27 mars

Maintenant les îles sont presque à vue ! Il faut rester vigilant et à jeun pour ne pas se vautrer sur un atoll des Tuamotu au passage !

Heure loc U, vent ENE 12 kt, mer 2, 3/8 cumulus.
Pour pallier la routine qui pourrait menacer de s'installer, nous organisons un week-end gastronomique sur les thèmes : l'espadon et toutes ses recettes et cuisine du sud-ouest ! Le panorama de notre table de restaurant est exceptionnel, les tables voisines plutôt
discrètes et nous n'avons pas eu de mal à nous garer...

Arrivée toujours prévue à Papeete  au mardi 3 avril grâce aux bonnes conditions rencontrées ces derniers jous. Pourvu que ça dure ! Comme vous pouvez le voir, le moral est au beau fixe et on continue notre progression !

Jeudi 29 mars

Nous allons TRES bien... ça sent l'écurie ! Nous sommes rentrés hier dans la zone économique française, donc quasi "au paddock" ! Comme vous pouvez le voir on a super bien avancé ces derniers jours, mais depuis aujourd'hui, c'est moins bien avec pas ou peu de vent et pile dans les fesses ! Le stop à Makemo ne devrait être que pour 24 toutes petites heures.

Heure probable d'arrivée à Papeete le mardi 3 avril : 09h00 locales.

Samedi 31 Mars

Hier, dans la nuit, nous avons croisé notre premier attol des Tuamotu... Ca y est, nous sommes en Polynésie. Nous approchons de Makemo où nous mouillerons pour 24 heures de repos... enfin de boulot à vrai dire entre quelques bons et beaux plongeons et une nuit enfin sans quart... mais le bateau doit être livré impeccable.

L'Atoll de Makemo

Dimanche 1er Avril

Ca y est , petit stop à Makemo, pare brise nettoyé de ses milliers de moustiques écrasés, pression des pneus vérifiée... Il nous reste aussi une bouteille de champagne à sabrer ce soir... ce sera autant de moins à déclarer en arrivant à Tahiti... et puis l'un des équipements à bord n'ayant pas encore été testé : le barbecue...  ce sera l'occasion ce soir de se griller un peu d'espadon...

Heure toujours probable d'arrivée à Tahiti : 9 heures 30 locales, nous accosterons dans la zone sous douane à Motu Uta.

Le port de l'Atoll de Makemo comme si vous y étiez !

Lundi 2 avril

Au soir, Heure loc W, vent ENE 5 kt, mer 1, 4/8 cumulus, 2/8 stratocumulus, mer 30 °C, air 31 °C.
Prochain waypoint : Nord Pointe Vénus pour 1 nm.

Demain à l'aube, si les dernières heures se déroulent aussi comme prévu, Mata Fenua clôturera son galop d'essai dans les passes de Papeete quatre-vingt jours après avoir quitté La Rochelle et moins de trois mois après sa mise à l'eau.

Henere prendra la barre de ce fier vaisseau et se préparera, avec Mihi, à recevoir leurs premiers chanceux passagers dans trois semaines à Rangiroa.

Merci pour vos messages de soutien, les commentaires sur le blog  et les appels inopinés !

Heure probable d'arrivée à Tahiti : 09h00 locales.

Accostage dans la zone sous douane à Motu Uta pour, à priori, la journée. Ensuite transfert vers le front de mer.

Ppp oti roa. Pour les non initiés, oti ora = complètement fini...... Donc plus de position après celle-ci...

Bientôt les dernières photos de notre arrivée et de cette belle victoire sur 2 grands océans.

Le Mata Fenua

Mardi 3 Avril

15 heures 30, nous sommes à quai, en zone sous douane et je tiens mon dernier quart... ce qui ne m'empêche pas de vous souhaiter une bonne nuit à vous mes métropolitains...

Bientôt les dernières photos !

Les formalités se sont bien et vite passées. Dès le mardi après-midi on était à quai sur le front de mer à Papeete et les affaires maritimes ont fait leur boulot dans la matinée de mercredi, donc dès l'après-midi, MATAFENUA est parti vers Moorea où j'irai le rejoindre vendredi.

Mardi et mercredi soir ont été festifs avec resto après l'apéro à bord  !

Francky et Clo ont regagné leur pénates à Moorea, Aurélien et Henere doivent être encore sur le bateau (à Moorea également)... quant à moi, je profite des copains à Tahiti.

L'arrivée

Après quelques heures (48 quand même) de mer, c'est l'arrivée, la vraie. Un autre bateau de la compagnie nous a rejoint pour quelques photos de la relève !

Devant Moorea